N'OUBLIONS PAS LES PODENCOS ! ! !

Publié le par Galgalamment vôtre


S’il n’est plus nécessaire de présenter le galgo, le podenco, lui, est encore un chien peu connu et dans son pays d’origine un chien méprisé, maltraité.


De taille moyenne pour ce qui est du podenco andalous, il peut facilement toiser les 60-70 cm au garrot s’il s’agit d’un podenco ibicenco. Sa particularité : ses oreilles dressées, qu’il bouge dans tous les sens, attentif qu’il est au moindre détail qui l’entoure. Certains pourront lui trouver un petit côté chauve-souris, pour ma part je pencherais plutôt pour un petit air de fennec ! ! !


Qu’il soit blanc, orange, chocolat, ou noir ce qui frappe c’est sa vivacité d’esprit. Il vous regarde de manière si intense, si expressive avec ses yeux bien souvent couleur miel que vous avez l’impression qu’il boit vos paroles. Il est toujours joyeux et prêt à vous suivre partout. Il va sans dire que comme tout chien, il faut lui inculquer les règles de vie de votre maisonnée, mais il est alerte avec de la douceur et de l’amour, tout se passe très bien.

 

 

Alors pourquoi un tel chien ne trouve-t-il pas « preneur » dans nos régions ? Pourquoi lui préfère-t-on toujours un galgo, voire un croisé ?


On entend souvent dire de lui que c’est un chasseur, mais le galgo aussi est un chasseur, c’est d’ailleurs le plus redoutable d’entre tous…. Demandez-le au lièvre ? On lui reproche d’être moins élégant que le galgo, mais là encore, comparons ce qui est comparable. Le galgo est un chien appartenant au groupe 10 des lévriers et le podenco au groupe 5 .


Il s’agit tout simplement de deux races différentes.

 

 

  

 

Le seul point sur lequel galgo et podenco sont à égalité, c’est la souffrance.
Tous deux sont utilisés puis jetés, tous deux sont blessés, humiliés.
Tous deux finissent à la perrera voire pire. Pourtant  si l’on ne peut en sauver qu’un, le galgo aura toujours la préférence.


Ainsi va le monde. Pour certains la souffrance de l’un émeut moins que la souffrance de l’autre… critères humains, sans doute. En quoi as-tu péché podenquito pour être toujours relégué à la dernière place ?

Même les bénévoles lorsqu’elles diffusent un cas de podenco maltraité sont défaitistes et débutent bien souvent leur message par :


« Tu es né chien, pire tu es né podenco. Si seulement tu étais né galgo ! »


 


Tout comme le galgo, plus que le galgo, le podenco meurt dans l’indifférence la plus totale, car la plupart des associations étrangères lui tournent le dos.

Alors faites entrer un podenco dans votre vie !
C’est un petit chien tout ce qu’il y a de plus sympa !

podenquita
1140G

Publié dans ENTRE NOUS . . .

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Marie-Françoise 03/01/2010 09:29


Et oui, je suis la preuve vivante que le podenco est un paria : je suis famille d'accueil pour une petite croixée podenca depuis 6 mois. La pauvrette est toujours "sur la touche" ...